Seconde cause de mortalité en France, les maladies cardiovasculaires entraînent le décès d’une personne toutes les 11 minutes, soit environ 50 000 décès par an.
Sur ce nombre élevé des victimes de l’arrêt cardiaque, 81% se produisent sous les yeux d’un témoin, souvent impuissant. Face à cela, le défibrillateur automatique, appareil de premier secours, peut permettre de sauver des milliers de vie, et c’est pourquoi il tend à se
démocratiser en France.

Sauver une vie grâce au défibrillateur

Chaque minute compte….
Les chances de survies sont minces lors d’un arrêt cardiaque, il faut réagir vite. Des études démontrent que peu de patients survivent si le délai écoulé entre la perte de conscience est supérieur à 12 minutes. La rapidité de l’intervention est un élément essentiel.

…..pour sauver une vie
Lorsqu’un défibrillateur est utilisé au cours des toutes premières minutes suivant l’arrêt, les taux de survie sont de 85% voire plus (contre 3 à 5% si l’on ne fait rien). Les témoins d’un arrêt cardiaque peuvent être aussi efficaces que les secouristes qui mettent en moyenne sept à huit minutes pour arriver. La technologie du défibrillateur automatique (DAE) apporte des possibilités uniques car elle permet d’appliquer la défibrillation en cas d’arrêt cardiaque en attendant les professionnels de santé.

Vers une démocratisation des défibrilateurs
De plus en plus présents
En l’espace de 7 ans le nombre de défibrillateurs est passé de 5 000 à 120 000 en France et le taux de survie à un accident cardiaque de 2,3% à 7% entre 2008 et 2015.
S’équiper selon ses envies
Différentes solutions pour s’équiper :
• l’achat, de l’ordre de 1700 €.
• la location, avec un tarif moyen de 150 € par mois.
S’équiper selon ses capacités
L’État peut apporter un soutien financier lors de l’achat de défibrillateurs sous certaines conditions (associations sportives, mairie, collectivités, entreprises…).

Source : Bonne Santé Mutualiste n° 74, juillet 2016

Share This