Dans l’herbe avec une guitare, lors d’un barbecue sur la plage ou d’une promenade en forêt en amoureux, voici quelques astuces pour ne pas ruiner ces moments d’évasion. Pour commencer, attention où l’on pose les fesses !

Les aoûtats – ces petites araignées rouges – se pressent dans les prairies dès que le soleil pointe le bout de son nez. Ces larves d’acariens se fixent sur un vertébré à sang chaud (leurs préférés : les chats, les chiens et… l’homme). Elles grimpent le long de ses membres et se nichent dans les zones humides et protégées comme les aisselles, les parties génitales et autres creux et replis. Elles mordent alors leur hôte pour se nourrir de sa lymphe, provoquant des lésions cutanées et des démangeaisons. Pas très glamour, on vous l’accorde.
Les tiques squattent les herbes hautes ou les animaux qui y évoluent comme les vaches et les chevaux.
Visibles à l’œil nu, elles enfoncent leur tête dans la peau jusqu’à y pénétrer entièrement. Elles forment alors une petite bosse, qui occasionne douleurs et démangeaisons.
Pour extraire la tique, des “tire-tiques” sont vendus en pharmacie : il faut les utiliser avec précaution (perpendiculairement à la peau, en tournant dans le sens inverse des aiguilles d’une montre) pour ne pas risquer d’arracher le corps de l’animal en oubliant sa tête. Les tiques peuvent transmettre la maladie de Lyme, une maladie rare mais grave qui se traduit par une très grande fatigue musculaire.
Les champignons prolifèrent dans la chaleur et l’humidité du sable mouillé. Celui qu’on nomme “Candida” affecte la peau et les muqueuses. L’été est particulièrement propice à son développement : les zones humides du corps, susceptibles de macérer dans la transpiration ou les vêtements imprégnés d’eau de mer, sont de vrais paradis pour ces champignons qui se transforment en mycoses.
D’autres s’attaquent encore à vos ongles négligemment enfouis dans le sable. Les chances d’en attraper augmentent avec les petites coupures que l’on se fait en marchant pieds nus sur la plage. Il vaut donc mieux privilégier les sandales à semelle épaisse, et toujours se rincer les pieds après une journée de farniente. Idem pour les douches communes et les piscines du camping !
Selon le docteur Gros, dermatologue « L’un des cas les plus courants est le pityriasis versicolore. “Versicolore”, car le champignon blanchit au soleil. Il attaque le plus souvent le tronc et se contracte généralement par un contact direct avec le sable. »
L’été, les heures passées sur la plage pour parfaire son bronzage ou organiser des barbecues entre amis font le bonheur des ados. Mais gare à l’hygiène des maillots mouillés et à ceux qui s’oublient trop longtemps sur le sable… ce serait bête de gâcher ses vacances pour si peu !

Source : Bonne Santé Mutualiste n° 70, juillet 2015

Share This